« NOCES » – Albert Camus
Recommandé par Nina Bouraoui !

Source [Wikipedia]

Noces est un recueil d’essais, « au sens exact et limité du terme1 » à caractère autobiographique d’Albert Camus, comportant quatre textes écrits en 1936 et 1937, publié en 1938 à quelques exemplaires2, puis en 1939 chez Edmond Charlot à Alger3. Il paraît chez Gallimard également sous le titre « Noces ; (suivi de) l’Été »4.
Partant de l’Algérie natale de l’auteur, l’ouvrage traduit les réflexions et l’état d’esprit du jeune homme qu’il était alors.
Le plus connu des quatre textes est Noces à Tipasa qui exalte la nature sous le soleil et la mer, dont sont souvent extraites les citations de l’auteur, relatives à cette époque.

Composition du recueil

  • Noces à Tipasa : Tipasa avec ses ruines romaines et la mer en contrebas, «célèbre les noces de l’homme avec le monde »;
  • Le vent à Djémila : les ruines de Djémila juchées sur un éperon rocheux. Le soleil est toujours là mais avec « le grand silence lourd » et la présence obsédante du vent ;
  • L’été à Alger, dédié à Jacques Heurgon : la vie des algérois l’été, avec la mer et le soleil ; l’homme même dans la pauvreté se sent comblé ;
  • Le désert, dédié à Jean Grenier : le voyage de Camus en Toscane.

Camus y exalte ses sentiments, sa joie bien sûr dans l’exaltation de la promenade à Tipasa car « le monde est beau, et hors de lui, point de salut », une beauté qui se traduit par cette définition du bonheur : « Qu’est-ce que le bonheur sinon l’accord vrai entre un homme et l’existence qu’il mène ». Même les périodes les plus difficiles à vivre peuvent être transcendées et il pense qu’« une certaine continuité dans le désespoir peut engendrer la joie », ce qui l’amène à conclure que « l’espoir, au contraire de ce qu’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner».

Notes et références

  1.  L’édition Gallimard, dans la collection « Les Essais » puis « Folio », porte cette « Note de l’éditeur » : « Réimprimés aujourd’hui, ces premiers essais ont été écrits entre 1936 et 1937, puis édités à petit nombre d’exemplaires en 1938, à Alger. Cette nouvelle édition les reproduit sans modification, bien que leur auteur n’ait pas cessé de les considérer comme des essais, au sens exact et limité du terme. 

BONUS TRACK avec Raphaël Enthoven sur France Culture

 

Vous aimerez aussi « L’Etranger » d’Albert Camus !